Svetlana Meyer

Svetlana Meyer est doctorante en sciences cognitives appliquées à l'éducation au Laboratoire de Psychologie et de NeuroCognition. Sa thèse fait partie d'un projet de R&D financé par le ministère de l'Education Nationale et concerne l'utilisation des jeux vidéo pour améliorer l'apprentissage de la lecture. En plus de son activité académique, elle réalise plusieurs missions de conseil dans le domaine de l'application des sciences de l'apprentissage, que ce soit pour l'entreprise ou la formation des enseignants. Elle a rejoint Didask pour prendre en charge la médiation scientifique et la diffusion de nos messages.
Find me on:

Recent Posts

Faut-il encore travailler les hard skills au 21ème siècle ?

Par Svetlana Meyer sur 15 mars 2018

 

 Vous avez besoin de connaître la formule pour dériver une fonction du second degré ? Le fonctionnement d’un chauffe-eau électrique ? Les propriétés de l’aluminium ? Rien de plus simple : tapez dans votre moteur de recherche et vous trouverez l’information en deux clics. Dès lors, à quoi bon perdre votre temps à enseigner ces notions en salle de classe ou en formation professionnelle ? Les soft skills comme la créativité, la curiosité, ou l’empathie, voilà ce qui importe au 21ème siècle, nous dit-on… L'avenir n'appartiendrait donc plus aux experts, mais aux polyvalents qui, face à tout problème technique, sauront chercher et trouver la bonne solution - quand bien même ils ne connaîtraient rien au sujet. Derrière cette idée, la promesse alléchante d’un gain de temps pour tous.

Malheureusement, la réalité n’est pas aussi simple. Car, si l’on admet que les compétences techniques servent encore à quelque chose - une panne ou une fuite mal venue suffisent généralement à s’en convaincre - on se rend vite compte que regarder une vidéo ou lire un article ne suffit pas à développer ces compétences, bien au contraire. Loin de vous mâcher le travail, substituer des ressources passives en ligne à un réel apprentissage des hard skills comporte trois grands pièges, dont il est essentiel d'être conscient.

Lire plus
0 commentaires

Compétences du 21ème siècle : mieux les travailler grâce aux sciences cognitives

Par Svetlana Meyer sur 1 mars 2018

Qui n’a pas (encore) entendu parler des compétences du 21ème siècle? A l'heure où toute connaissance est à portée de clic, l'injonction à développer les soft skills gagne toutes les sphères éducatives, depuis l'enseignement secondaire et supérieur jusqu'à la formation professionnelle. Mais si tout le monde s'accorde sur le besoin de les enseigner, reste à savoir comment s'y prendre. Sous leur apparente nouveauté, les compétences du 21ème siècle se rattachent en fait à un objet scientifique étudié depuis plusieurs décennies : notre propre cognition. Quiconque souhaite transmettre ces fameuses compétences trouvera dans ce domaine de recherche des éléments précieux.

Lire plus
0 commentaires

Transmettre des compétences : ce qu'en dit la recherche

Par Svetlana Meyer sur 15 février 2018

 

 
Le 10 janvier 2018, le gouvernement français annonce la création du Conseil scientifique de l’Education Nationale. Composés de chercheurs en sciences cognitives, philosophie, sciences de l’éducation, sociologie et économie, il aura pour rôle d’éclairer les futures réformes à venir et de leur  assurer un objectif commun : l’efficacité pédagogique . Cette initiative rend compte de la place croissante que prennent les sciences cognitives dans le débat actuel sur l'amélioration des apprentissages à l'école, dans l'enseignement supérieur mais aussi dans le monde de la formation professionnelle. 
Lire plus
0 commentaires

Instaurer une culture de l'apprentissage grâce aux sciences cognitives

Par Svetlana Meyer sur 15 novembre 2017

Nous sommes récemment tombés sur l'excellent article de Sandra Enlart :  La formation est motre ! Vive la Learning Entreprise ! pour les Echos. Selon elle, les nouvelles technologies ont considérablement changé la face de la formation professionnelle. Parce qu’elles mettent à disposition de l’employé une grande quantité de données consultables directement au moment où il peut les mobiliser mais aussi qu’elles exigent de lui de nouvelles connaissances pour manipuler les outils de son quotidien, la formation ne doit plus se présenter comme un moment isolé dans l’emploi du temps de l’employé, mais doit être une composante à part entière de sa “situation de travail”.

Lire plus
0 commentaires

Pour aller plus loin

Nous travaillons pour ouvrir l’apprentissage, que chacun puisse le vivre selon son envie, libéré de l’enjeu, des regards et autres pressions.
La réussite et l’échec ne s’opposent pas, ils sont les composantes de l’apprentissage que nous voulons vous faire aimer.
En apprendre davantage sur Didask, nos méthodes, nos équipes et nos motivations :
Construisons ensemble une culture de l'apprentissage :